Symbolique du hérisson: folklore et culture animale

De l’Antiquité au Moyen-âge, toutes les espèces de hérissons confondues étaient très présentes dans la culture, le folklore et les croyances populaires. Tout savoir sur les hérissons, c’est aussi connaître l’origine des multiples croyances, rituels ou influences artistiques qui gravitent autour de ce petit animal farouche.

Symbolique du hérisson

  • Pour les Romains de l’Antiquité, le hérisson était un animal d’une grande importance lors d’une coutume qui est encore familière de nos jours. En effet, le 2 février (jour de la Chandeleur, événement célébré en Amérique du Nord) de chaque année, les Romains essayaient de prévoir l’arrivée du printemps en observant le hérisson sortir de son terrier. De là, ils détermineraient si le printemps allait être clément ou non. Aujourd’hui, cette coutume est célébrée avec le jour de la marmotte (Groundhog Day), mais c’est le hérisson qui en était à l’origine.
  • Dans l’Egypte antique, il accompagnait les morts dans leur voyage en leur apportant protection. Nous retrouvons plusieurs représentations de cet animal sur des tombes ou des bas-reliefs égyptiens. Le hérisson est associé aux dieux Âbâset et Temet.
  • Au Moyen-âge, le hérisson apparaît dans de nombreux bestiaires. Un bestiaire est un manuscrit regroupant des fables et des moralités sur les bêtes, c’est une oeuvre consacrée aux bêtes. Nous remarquerons que ces bestiaires faisaient rarement l’éloge de ce petit animal. En effet, il était décrit comme détestable et comme une figure allégorique de Satan. Malgré la richesse de la symbolique du hérisson, il continua quand même à jouir d’une mauvaise réputation.

Les hérissons dans le folklore

  • En Serbie, le hérisson serait le seul animal à reconnaître la raskovnik, une herbe magique dans la mythologie slave. Cette plante ressemble à un trèfle à quatre feuilles. Selon des croyances bulgares, elle peut fendre le sol à l’endroit où est caché un trésor.
  • Île de Man: un Arkan Sonney (mot mannois signifiant hérisson) est une créature féerique ressemblant à un cochon qui possède de longs poils. Lorsqu’on le capture, il est censé porter chance. La légende veut que celui qui en attrape un, trouve un morceau d’argent dans sa poche.
  • En Europe, pendant la Seconde Guerre mondiale, le hérisson était le plat quasi-quotidien des tziganes de France et d’Europe, appelé aussi « niglo » en argot. Ce plat reste connu jusqu’au XXème siècle. Désormais, le hérisson est une espèce protégée dans toute la Communauté européenne.
  • Au Moyen-âge, le hérisson était parfois un ingrédient pour des préparations médicinales. Les cendres de la peau des hérissons étaient utilisées pour les problèmes de calvitie et manger l’œil droit d’un hérisson, frit dans de l’huile de lin, pouvait améliorer la vision nocturne.

Outre les croyances antiques et la culture qui se sont formées autour du hérisson, l’homme continue toujours d’avoir des idées reçues sur les hérissons:

  • Le hérisson est invulnérable lorsqu’il se met en boule: hélas non! Cette protection, bien que piquante, ne suffit pas à le protéger.
  • Le mode de reproduction des hérissons: l’accouplement chez les hérissons se fait face à face: non. Si on l’observe, on s’aperçoit que la reproduction des hérissons se fait comme les autres animaux. Simplement, les piquants de la femelle hérisson sont couchés sur son dos.
  • Le renard sait « ouvrir » un hérisson en boule: faux. Une légende sympathique raconte que lorsque un renard urine sur un hérisson, ce dernier se déroule pour qu’il puisse le dévorer. Ce phénomène n’a jamais été observé. Cependant, il est exacte que pour réussir à dérouler un hérisson, il faut l’asperger d’eau. Mais nous vous conseillons de les laisser tranquille et de ne pas vous amuser à le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *